logo 1 logo 2

Obstinato

Mars 2022

Les vaisseaux extraterrestres sont apparus un matin de septembre autour de dix heures du matin, temps universel coordonné, sans crier gare. Ils ont été détectés soudainement à quelques milliers de kilomètres de la terre sans que personne puisse déterminer leur provenance.

Les extraterrestres avaient un aspect humanoïde : ses grandes têtes possédaient d'énormes yeux noirs qui luisaient comme l’obsidienne, des narines minuscules s’ouvraient avec difficulté pour respirer. Leur peau grisâtre et pleine de plis était glabre et frêle, leurs membres décharnés et leur petite taille leur donnaient une allure qu’on dirait toute droite sortie d’une histoire de science-fiction.

Ils n’étaient spécialement bien armés, mais les vaisseaux qu’ils pilotaient étaient massifs et puissants, et ils étaient très nombreux. Leur langue faite de petits cris et ondulations ne ressemblait à rien de connu. Bien qu’on n’a pas pu déchiffrer leurs messages, on a vite compris qu’ils comptaient bien s’établir sur Terre.

Face à leur attitude agressive et insistante et à leur volonté affichée de monopoliser les ressources terrestres pour leurs propres besoins, en les extrayant avec leurs machines, les nations terrestres ont commencé à les attaquer, d’abord par des attaques improvisés et ensuite de manière coordonnée. Leur anéantissement était plus facile qu’imaginé, et leur dépèce s’éteignit même avant qu’on puisse trouver un langage commun pour communiquer avec eux.

Des années se sont passées. La guerre avait été brève, mais elle avait laissé des traces indélébiles sur la surface de la planète. La destruction des vaisseaux avait produit des épaisses nuages de poussière radioactive qui bloquaient la lumière solaire et qui plongèrent la vie dans des ténèbres. Les grands écosystèmes ont commencé à périr les uns après les autres. La surface terrestre était devenue inhospitalière, traversée par des vents violents que rien n’arrivait à arrêter.

Pendant ce temps, l’avenir de l’humanité ne tenait qu’à un fil. La famine grondait tandis que les réserves alimentaires diminuaient et que les humains peinaient à cultiver des aliments en grandes quantités sans lumière solaire. Les humains se sont concentrés sur leur survie la plus immédiate.

Faute de maintenance, les appareils électroniques qui assuraient la communication globale sont tombés en panne les uns après les autres. C’est ainsi que des centaines de langues locales ont éclos et qu’elles sont devenues mutuellement inintelligibles. C’était une époque où régnait une grande confusion et méfiance, ce qui donna lieu à l’émergence d’un grand nombre de superstitions. Les humains avaient peur de l’avenir et ils avaient peur de leurs voisins, même s’ils n’étaient pas en guerre avec eux.

Des siècles se sont passés. Les traces de la guerre contre les extraterrestres qui restaient dans les récits des différentes cultures sont devenues de plus en plus rares, jusqu’au jour où elles disparaissent totalement de la mémoire collective. L’humanité avait oublié l’un des épisodes les plus importants de son histoire.

Sous la terre, les humains avaient encore du mal à vivre, mais ils ont continué à développer leur technologie, tandis que leur morphologie s’est adaptée aux conditions de leur nouveaux foyers souterrains. Malgré les avancées dans la production de matériaux et de nourriture, la situation des villes souterraines est devenue critique. L’autonomie en eau et en nourriture est devenue impossible, face aux sécheresses et aux fléaux qui ravageaient les cultures hydroponiques. Il fallait prendre une décision radicale et la crise était suffisamment pressante pour obliger les clans souterrains à s’unir et à travailler ensemble. Le présent était en train de disparaître à vue d'œil ; le futur était empoissonné ; la seule issue possible était de retourner littéralement vers un passé arcadien. Ou au moins, c'est cela que les humains se sont racontés entre eux.

Les débuts ont été rudes. Les différences culturelles et de langue ont empêché la communication, en plus des sentiments nationalistes opposés. Mais avec un peu de temps, des humains polyglottes ont permis d’agir comme ambassadeurs et faciliter les échanges. Petit à petit, des messages ont commencé à être formulés dans une nouvelle langue ondulante composée des vocables les plus partagés entre les langues et la collaboration est devenue plus fluide.

Voyager dans le temps supposait des énormes problèmes de logistique. À cause du déplacement de la Terre dans l’espace, des voyageurs qui se trouvaient sur sa surface pourraient bien se retrouver dans le vide sidéral à leur arrivée, si leurs calculs n’étaient pas précis. Il fallait trouver une solution ingénieuse. Il fallait aussi prévoir des moyens capables de transporter toute la population terrestre.

Les vaisseaux de sauvetage ont été construits dans des titanesques silos enfouis. Leur construction était ardue, en vue de la quantité de plus en plus limitée d’eau et de nourriture et de l’épuisement grandissant des équipes de construction. Le jour du voyage venu, les silos s’ouvrirent comme des immenses fleurs vides et laissèrent les vaisseaux s’envoler vers l’espace sidéral tels des insectes artificiels. Une fois suffisamment éloignés de l’orbite terrestre, ils firent le saut temporel vers le passé.

Les vaisseaux extraterrestres sont apparus un matin de septembre autour de dix heures du matin, temps universel coordonné, sans crier gare. Ils ont été détectés soudainement à quelques milliers de kilomètres de la terre sans que personne puisse déterminer leur provenance.

↑ Top of the page ↑